Introduction


La cuve ébu est la preums, je l'avais montée en 2013 pour mon tout premier brassin (en extrait de malt). Hyper basique, je n'avais effectué qu'un seul trou pour la vanne 15/21 non démontable.
Après 4 brassins tout grain, j'ai détecté plusieurs points à améliorer, en ergonomie mais aussi sur la qualité et la fiabilité du moût.


Ajouter un thermomètre


L'ébu n'a pas nécessairement besoin de mesures ultra précises de température mais ça me simplifierai la vie de pouvoir lire facilement la temp pour l'eau de rinçage et pendant le refroidissement du moût.
Comme la cuve d’empâtage a reçu un thermo, je fais la même chose pour la cuve ébu.
pico1-ep2_01.JPG

Dans les problèmes d'infection rencontrés, je soupçonne entre autres, le thermomètre que j'utilisais (en plus de ne pas être fiable). Il n'était pas en permanence dans le moût bouillant, donc a pu rapporter une merde pendant le refroidissement. Ce nouveau thermo fixe, sera stérilisé pendant l'ébullition. En plus c'est joli :D
pico1-ep2_02.JPG


Améliorer la vanne principale


Les vannes à balle ont l'inconvénient d'être dures à nettoyer. En effet, dans le corps de la vanne, il y a des endroits carrément inaccessibles. Cela peut devenir une source d'infection récurrente car des saletés peuvent se coincer dans le corps quand la vanne est fermée. Je vais la remplacer pour une vanne démontable, cela permet de la nettoyer entièrement. On reste en 15/21 et on met un pti raccord CamLock :-)
pico1-ep2_03.JPG

D'autre part, je vais optimiser le soutirage du moût, c'est à dire aspirer le moins d'albumines et avoir le moins de fond de cuve possible. Il suffit de placer un ti coude qui vient au plus proche du fond de la cuve, par siphonnage on perd moins de moût.
pico1-ep2_04.JPG


Couvrir le moût pendant le refroidissement


Après pas mal de discussions avec les brasseurs suite à ma première infection, la cause la plus probable est que je refroidis le moût sans le protéger du vent. En effet, comme je fais l'ébullition en extérieur, n'importe quelle bactérie peut venir se noyer dans le moût refroidi. J'ai repris une idée sur la même pico que dans l'article sur le manifold: intégrer le serpentin dans le couvercle de la cuve ébu, comme ça, le moût est à l'abri pendant le refroidissement.
pico1-ep2_05.JPG

Le montage est un peu à l'arrache, sur la pico v2 j'utiliserai des raccords à compression. J'ai remplacé le tuyau tressé par du silicone bien plus étanche :
pico1-ep2_06.JPG


Conclusion


Un petit upgrade nécessaire, à la fois pour le confort et pour ne plus jeter 20L de vinaigre :D Le thermomètre est vraiment pratique, en particulier pour l'eau de rincage. Par contre, ne pas prendre un thermo à 5 euros full plastique, ça dure pas longtemps ! Je n'ai pas eu d'infection majeure depuis que le moût est couvert, les bactéries pouvaient aussi venir de petites fuites d'eau sur le serpentin. Enfin le pti coude qui siphonne le fond de cuve est super efficace, même avec les cônes de houblons sans chaussette, cela ne se bouche pas.


Références


L'idée du serpentin intégré dans couvercle :
http://www.brassageamateur.com/forum/ftopic13227.html

La police d'écriture utilisée sur les photos (pas de note de licence sur son site nicksfonts.com à l'heure actuelle) :
http://www.dafont.com/fr/dymaxion-script.font